• Thibault Genon

Quelle place pour les Femmes dans l'industrie ?


La question de la place des femmes dans l'industrie est un enjeu d'égalité, mais aussi de compétitivité : plusieurs études démontrent en effet que des équipes mixtes obtiennent de meilleurs résultats. Or les femmes ne représentent que 30% des salariés de l'industrie et à peine plus de 15% de ses cadres dirigeants.


Bien que la tendance soit en forte augmentation ces 20 dernières années, non seulement les femmes restent largement minoritaires, notamment dans les postes à responsabilité, mais elles se concentrent essentiellement dans 3 sous-secteurs industriels.


Alors quelle est véritablement la place des femmes dans l’industrie ?





À l‘image des ingénieures, les femmes ont encore du mal à trouver leur place dans le secteur industriel bien que la situation évolue positivement depuis ces dernières années. Aujourd’hui encore, elles se répartissent essentiellement dans trois sous-secteurs industriels principaux :

  • Le textile-habillement où elles sont majoritaires avec 61 %

  • L’industrie pharmaceutique avec 54 % des effectifs

  • L’agroalimentaire où elles occupent 43% des postes

En 2013, l’aéronautique ne comptait encore que 20 % de femmes dans ses effectifs selon le GIFAS (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales).



Pour améliorer cette situation, Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'Economie et des Finances, a créé en mars 2019, sous l'égide du Conseil National de l'Industrie, le Conseil de la mixité et de l'égalité professionnelle dans l'industrie. Ce dernier a conçu un plan d'action précis et ambitieux pour renforcer leur présence en créant les conditions pour que la parité se mette en place spontanément. Il a ainsi travaillé sur des sujets majeurs comme l'éducation, l'orientation scolaire et la gestion des carrières. Il faut parvenir à inspirer les jeunes filles, leur ouvrir les yeux sur l'industrie pour les amener à rêver d'y faire carrière. Un vivier formidable existe : il suffit de le valoriser et le faire exister. L'industrie doit être le fer de lance pour l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, combat de chaque instant et levier de compétitivité.


"Individuellement, c'est permettre aux femmes d'être mieux rémunérées en moyenne dans un secteur porteur, et de rattraper l'écart global avec les salaires perçus par les hommes. De quoi éviter à beaucoup d'être aussi la variable d'ajustement de la crise économique qui s'annonce." Elisabeth Moreno, Ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes


Sensibiliser dès la formation


Christine Kerdellant, Directrice de la rédaction à L'Usine Nouvelle, fait remarquer que l'autocensure est un problème à prendre au sérieux : "Les femmes osent moins mettre en avant leurs qualités pour exercer telle ou telle fonction. D'où l'importance d'avoir des modèles."


Un autre frein majeur réside dans la sous-représentation des filles dans les écoles d'ingénieurs. Les stéréotypes apparaissent dès le plus jeune âge comme en témoigne l’enquête menée par l’association Elles bougent en 2016 sur « Les femmes, l’industrie, la technologie et l’innovation » auprès de 1 000 femmes ingénieures, 500 étudiantes en filière scientifique et technologique, et 500 collégiennes et lycéennes. Il apparaît ainsi qu’au collège, les filles s’intéressent en priorité aux métiers du secteur médical et paramédical, du luxe, et des médias. Les garçons s’intéressent à l’aéronautique, au spatial, à l’automobile et à la robotique.


Autre fait marquant : il apparaît également que le parcours est plus long pour une femme dans le BTP et dans l’industrie alors qu’il sera bien plus rapide dans le commerce et les services ! Les stéréotypes ont la vie dure et la parité est encore loin d’être de mise…


Au collège et au lycée, les filles autant que les garçons se déclarent prêtes à faire des études scientifiques. Alors pourquoi un tel décalage ensuite ?


Selon l’enquête de l’association Elles bougent c'est principalement par manque d’informations pour 70 % d’entre eux. Autre point important : les jeunes ont une idée plus précise de ce qu’est le numérique (65 %) que l’industrie (55 %).



Enquête « Les femmes, l’industrie, la technologie et l’innovation », Elles bougent, 2016


Un manque d’information et de communication à tous les niveaux qui pousse les jeunes femmes à s’orienter vers d’autres carrières, d’autant qu’elles sont souvent peu mises en valeur par les entreprises du secteur elles-mêmes ! La valorisation des role models devient alors plus que nécessaire pour encourager les jeunes diplômées. D’autant que les effectifs féminins dans les écoles d’ingénieurs tendent eux aussi à augmenter s’approchant désormais des 30 % (toutes filières confondues).



Embaucher pour favoriser la mixité


La mixité est un vecteur de performance, et se priver de 50% de la population est une aberration, insiste Sabine Lunel-Suzanne, Directrice Transformation & RSE chez EQUANS France.


Un exemple d'application concrète dans le secteur de l'automobile est la conception de sièges conducteurs adaptés également aux femmes, avec des revêtements qui ne filent pas les collants par exemple, car ces dernières sont essentiellement à l'origine des commandes de voitures. Pour parvenir à ce résultat, il est pertinent de faire appel, lors de leurs conceptions, à des collaboratrices qui penseront à ces problématiques.


Pour Christine Kerdellant, Directrice de la rédaction à L'Usine Nouvelle, mettre en avant les initiatives prises par les entreprises qui parlent de leurs expériences, comme les réunions de travail qui ne dépassent pas 19h par exemple, est très important. Il y a aussi un discours à tenir sur l'intérêt du travail en démystifiant l'image négative de l'industrie, "sale" et "pénible".


Christine Kerdellant souligne : "Le sujet du présentéisme à la française est effectivement très important : rentrer plus tôt pour s'occuper des enfants est inconsciemment encore trop souvent mal vu et rédhibitoire en termes d'évolution professionnelle. Les hommes restent donc plus tard que les femmes, mais pas forcément par choix ni par utilité. De même ces dernières ne postulent pas à des postes de leadership car elles craignent qu'on ne leur demande de rester plus tard et donc de sacrifier leur vie de famille. Il faut remettre en cause ces façons de faire. Hommes et femmes ont tout à y gagner, les premiers ayant aussi le droit de revendiquer une place importante au sein du foyer. "


La solution des Role Models revient de nouveau sur la table, l'idée étant de mettre en avant des modèles de femmes parfaitement épanouies dans leur travail comme à la maison. Ce que fait notamment Industri'Elles, un collectif doté d'un groupe LinkedIn, soutenu par l'Etat, et dont l'objectif est de réunir au moins un millier de femmes ambassadrices de l'industrie, dans les médias comme dans les écoles, pour montrer qu'y faire carrière est possible.



Promouvoir aux postes à responsabilités


En 2015, KPMG réalisait une étude sur la place des dirigeantes en France mettant en avant la lente ascension des femmes aux postes de direction : seules 14 % en occupaient, soit 1,2 point en plus par rapport à 2003.


Toutefois, la bonne nouvelle venait des évolutions notables de certains secteurs « traditionnellement » masculins tels que l’énergie avec + 130 % de femmes dirigeantes en 10 ans, les industries agroalimentaires avec + 23,6 % et l’immobilier avec une hausse de 21,5 %.


Deux femmes PDG de grands groupes de l'industrie ont récemment témoigné de la féminisation de leurs instances dirigeantes : Christel Bories, qui dirige Eramet, une entreprise minière et métallurgique, annonce 38 % de femmes dans son comité exécutif; de son côté, Emmanuelle Quiles à la tête de la société pharmaceutique Jansen affiche un score de 65%. Des changements sont donc possibles !


"La place des femmes dans l'industrie est un enjeu de société mais c'est également un impératif économique et de compétitivité pour nos entreprises, affirme-t-elle. Les études le prouvent : plus de mixité au sein d'une entreprise, c'est plus de performance." Agnès Pannier-Runacher, Ministre déléguée auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l’Industrie



Sources :

https://www.violainecherrier.com/quelle-est-la-place-des-femmes-dans-lindustrie/

https://global-industrie.com/fr/actualites/179/les-femmes-dans-l-industrie-plus-qu-un-atout-une-necessite

https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/femmes-dans-l-industrie-un-guide-pour-ameliorer-la-mixite_2131396.html

https://www.usinenouvelle.com/editorial/feminisation-de-l-industrie-la-bataille-des-stereotypes.N1007074


156 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout